Fantastique·Toutes les chroniques

Yesterday’s Gone Saison 1 : épisodes 1 et 2 – Le jour où le monde se réveilla désert

C’est à 2 h 15, en pleine nuit, que cela s’est produit.
Mais ce n’est qu’au réveil qu’ils s’en sont rendu compte.
Le monde déserté. Vidé de sa population. Famille, proches, voisins, tous ont disparu. Volatilisés.
Ils ne sont qu’une poignée, disséminés à travers le pays…
Rencontrez Brent Foster, à la recherche de son fils et de sa femme dans un New York de cauchemar, Luca, le petit garçon qui suit son instinct, protégé par un étrange totem ; Charlie qui a cru, l’espace d’un instant, que cette Terre déshumanisée serait un monde meilleur ou encore Boricio, le serial-killer qui va devoir trouver sa place entre les proies et les prédateurs…

Maison d’édition

Fleuve Editions (Outrefleuve)

Appréciation personnelle

D’ordinaire, je ne raffole pas vraiment des romans de Science-Fiction. Mais pourtant, j’ai eu envie de découvrir cette série plutôt atypique.

Tout d’abord, parce le concept de Yesterday’s Gone est plutôt original.

En effet, les auteurs Sean Platt et David Wright ont écrit leur roman comme le scénario d’une série télévisée comportant 6 saisons de 6 épisodes chacune et le résultat est plutôt réussi. Le suspense et l’aventure sont au rendez-vous au détour de chacune des pages.

Ensuite, parce que les chapitres relatent chacun le parcours d’un personnage face à ces événements plus qu’étranges si pas effrayants.  J’ai beaucoup aimé suivre cette aventure du point de vue de divers personnages aux psychologies bien différentes.

Comment réagiriez-vous si vous vous réveilliez un matin et constatiez que 99% de la population a disparu en ce compris vos proches ? Partiriez-vous à la recherche de votre conjoint et vos enfants comme Brent Foster ? Serait-ce le plus beau jour de votre vie comme ce fut le cas durant un court moment pour Charlie que peu semblaient apprécier ? Et si vous étiez un jeune enfant comme Luca dont les parents ont disparu ? Ou encore un sérial killer comme Boricio ? Comment étancheriez-vous votre soif assassine ?

Pour s’assurer de l’addiction du lecteur, les auteurs ont terminé chaque chapitre par un cliffhanger. Le lecteur n’a pas d’autre choix que de poursuivre sa lecture de ce « page turner » tant le besoin d’en savoir plus est irrépressible, comme lors du visionnage d’une série télé.

Finalement, j’ai beaucoup aimé cette ambiance de chaos et de désespoir mais aussi de questionnement que l’on retrouve dans des séries tels que Dome, Jericho, les 4400 ou encore The Walking Dead. Pourquoi ces personnes précisément ont-elles survécu ? Ont-elles une tâche à accomplir ? Et que sont ces étranges choses qui rodent dans les rues vides et désolées ? Amis ou ennemis ?

J’ai hâte de découvrir ce que Sean Platt et David Wright ont imaginé pour la suite de cette série intrigante ! Car comme le dit le titre « Hier n’est plus ». Mais de quoi demain sera-t-il fait ?

Laisser un commentaire