Thrillers·Toutes les chroniques

Temps Glaciaires – Fred Vargas

Le printemps s’annonça par un triolet de suicides. Une même signature laissée près des victimes, un étrange symbole en forme de guillotine.
Pour le commissaire Adamsberg et ses adjoints Danglard et Retancourt, c’est le début d’une enquête débridée qui les conduira des arcanes d’une étrange société, férue des écrits de Robespierre, aux terres lointaines et embrumées d’Islande.
Entre polar historique, tragédie et conte fantastique, Fred Vargas maîtrise à merveille le subtil équilibre des genres pour créer le sien, inimitable.

Maison d’édition

J’ai Lu

Appréciation personnelle

Tout d’abord, je remercie Louve du forum Mort-Sûre et les éditions J’ai Lu pour la découverte de cet excellent polar.

Temps Glaciaires est le premier livre de Fred Vargas que je lis et son style d’écriture peu courant m’a désarçonnée dans un premier temps.

En effet, lorsque l’on entame la lecture d’un polar, on s’attend surtout à frissonner, mais certainement pas à rire. On s’attend également à ce que l’auteur adopte un ton grave lors de l’écriture de son histoire. Car après tout, il s’agit d’une enquête policière visant à retrouver un meurtrier. Hors, Fred Vargas, justement par ce style décalé, déroule l’intrigue entre jeux de mots, homonymes et dialogues parfois surréalistes mais très cocasses. C’est déroutant au début, mais on y prend goût (ou pas) au fur et à mesure de la lecture.

Il en va de même en ce qui concerne les personnages, plus étonnant les uns que les autres. Entre le commissaire Adamsberg aux idées et aux réflexions tortueuses et farfelues, son adjoint Danglard, féru d’histoire, qui s’apparente plus à un professeur universitaire qu’à un enquêteur et les autres inspecteurs entre autres férus d’ornithologie ou encore hypersomniaques, on ne s’ennuie pas une seconde et on s’attache très vite à tout ce petit monde que l’on accompagne avec plaisir au cœur de cette enquête.

Mais malgré ces teintes d’humour, Temps Glaciaires, reste tout de même un polard sombre, ponctué de scènes oppressantes et glauques, parfois teintées d’une pointe de fantastique. Soyez-en certains, vous n’appréhenderez plus la brume de la même façon !

La construction de l’intrigue est également étonnante. Quel rapport peut-il bien y avoir entre un groupe de touristes dont le troublant voyage en Islande est entouré d’un sombre secret et des adorateurs de Robespierre, dont le hobby consiste à faire revivre les débats sur la Révolution française, le tout en costume d’époque ? Vraiment, on se demande, jusqu’au dénouement, comment ces deux affaires vont converger ! Et puis, la sauce Vargas prend et c’est un épilogue tout à fait inattendu qui clôture cette aventure rocambolesque.

Bref, j’ai adoré cette première incursion dans le monde de Fred Vargas ! J’ai vraiment hâte de repartir à l’aventure avec Adamsberg, Danglard et les autres !

Moi qui ne voyais pas le rapport entre l’illustration de la couverture, le titre du livre et son résumé, j’ai maintenant le sourire aux lèvres quand je la regarde. J’adore ce clin d’œil à Marc. Mais qui est Marc ? Je ne vous en dirai pas plus, lisez le livre !

Laisser un commentaire