Thrillers·Toutes les chroniques

Sortie Noire – Christian Laurella

Après vingt ans passés derrière les barreaux, Daniel‚ prisonnier modèle et complètement amnésique‚ bénéficie d’un régime de semi- liberté et trouve un emploi dans une menuiserie. En parallèle‚ deux femmes, dont l’une est au service de l’autre, habitent une maison isolée en province. L’arrivée d’une lettre annonçant la libération de Daniel va bousculer l’apparente quiétude qui semblait être le quotidien des deux femmes et allumer un feu d’enfer dans la maison.

Maison d’édition
Taurnada

Appréciation personnelle
Je remercie les Editions Taurnada pour ce partenariat proposé par le biais du forum Au cœur de l’Imaginarium.
« Sortie Noire », écrit par Christian Laurella est réellement un thriller captivant.

L’auteur a structuré son récit autour de deux histoires s’alternant au fil des chapitres mettant en scène d’une part Daniel Pressard, détenu arrivant à la fin de sa peine qui, de par sa conduite exemplaire, bénéficie du régime de semi-liberté. Etonnamment, Daniel ne semble avoir conservé aucun souvenir de la raison de son incarcération et toute sa vie avant sa condamnation semble entourée d’un brouillard impossible à dissiper. Mais à la suite d’une rencontre inattendue, le voile occultant sa mémoire va peu à peu se déchirer et le détenu semblant être aussi inoffensif qu’un agneau risque bien de se transformer en loup! Et si tout ceci était une erreur judiciaire et que le vrai coupable lui ait fait porter le chapeau durant toutes ces années?

Dans la seconde histoire, le lecteur suit les aventures d’Elisabeth, dame d’un certain âge, et de sa domestique Marlène. Le moins que l’on puisse dire c’est que ces deux-là se tolèrent plus qu’elles ne se supportent. Mais pourquoi Elisabeth semble-t-elle si ébranlée après la réception d’un courrier du ministère de la justice afin de l’avertir qu’un certain Daniel Pressard est remis en liberté ? Marlène, sa domestique, est bien décidée à faire toute la lumière sur le curieux comportement de sa patronne et sur les lugubres secrets de son passé et ce, peu importe ce qu’il lui en coûte et les moyens à mettre en œuvre pour arriver à ses fins.

Cette structure en entonnoir contribue à rendre ce récit addictif. Christian Laurella distille au fur et à mesure des chapitres les éléments permettant de relier ces deux histoires. Il prend également un malin plaisir à lancer le lecteur sur une fausse piste pour finalement le mener sur un tout autre chemin que celui entrepris par ses réflexions.

L’auteur a également mis un soin tout particulier dans la description des protagonistes hauts en couleur de cette aventure.
En effet, commençons par Daniel, ce détenu amnésique, émotif, donnant parfois l’impression d’être un enfant en enfer. Le milieu carcéral est loin d’être une sinécure et peu très vite devenir un milieu hostile si l’on ne se tient pas aux règles en vigueur. L’enfermement peut également causer des dégâts psychologiques. Daniel s’est inventé une famille imaginaire auprès de laquelle il se réfugie pour mieux supporter l’enfermement. Ce dernier se croira d’ailleurs schizophrène. Comment ne pas compatir à son triste sort ?

Elisabeth quant à elle incarne parfaitement le stéréotype de la riche propriétaire d’un domaine familial. Froide, suffisante, autoritaire, manipulatrice, elle inspire certainement plus le mépris que la sympathie.

Et finalement, Marlène digne représentante des péchés de l’avarice, l’envie et la colère.
Cette vieille petite dame à qui l’on donnerait le bon Dieu sans confession, cache en réalité une âme machiavélique ainsi qu’une cruauté sans pareil et un sang-froid à toute épreuve. Le dicton « les apparences sont souvent trompeuses » prend, dans son cas, tout son sens !

Finalement, l’écriture contemporaine et juste, sans tournures complexes de Christian Laurella contribue à l’immersion dans cet univers où règne la vengeance et le chacun pour soi. L’auteur n’utilise jamais un mot de trop dans la description de ses personnages, de leurs pensées, de leurs actes ou encore des lieux fréquentés par ceux-ci.

En résumé, avec une découpe de l’intrigue originale, des personnages travaillés avec soin et un style contemporain très plaisant, Christian Laurella signe avec « Sortie Noire » un thriller passionnant dont la fin pourrait être résumée par l’adage « tel est pris qui croyait prendre ».

2 réflexions au sujet de « Sortie Noire – Christian Laurella »

  1. J’aime beaucoup ta chronique, j’ai également trouvé le roman addictif, l’auteur arrive à nous passionner avec son histoire. Par contre j’ai un peu moins aimé le style de l’auteur.

Laisser un commentaire