Thrillers·Toutes les chroniques

Possession – Nora Roberts

C’était toujours le même cauchemar, les mêmes visions terrifiantes qui défilaient devant ses yeux écarquillés de petite fille : hommes encapuchonnés de noir, femmes nues, viols, rituels sanglants.
Elle entendait crépiter le brasier, les invocations à Satan, sentait l’odeur âcre du sang… assistait au terrible sacrifice… Alors que, courtisée par le tout-NewYork, Clare Kimball s’apprête à exposer ses sculptures à un public fasciné par son œuvre qui a la force noire d’un exorcisme, elle est réveillée une nuit par cet atroce cauchemar dont les images obsédantes lui posent depuis l’enfance des questions restées sans réponse.
Confrontée à la violence de son angoisse, Clare comprend que le moment est venu pour elle de retourner à Emmitsboro, la ville où elle a grandi, pour y affronter ses démons. A peine est-elle de retour que des événements effrayants se produisent: une tombe d’enfant profanée, une adolescente disparue, un homme assassiné dans d’effroyables conditions…
Un puzzle meurtrier que Clare va reconstituer, et qui va la conduire au cœur de l’inquiétant labyrinthe de la folie humaine…

Maison d’édition
Mira (groupe Harlequin)

Appréciation personnelle

Clare Kimball, personnage central de l’intrigue, est une artiste de renom dont les nuits sont fréquemment hantées par le même cauchemar. Mais ce rêve est-il seulement le fruit terrifiant de son subconscient ou des bribes de souvenirs d’un passé pas si lointain ?

Animée par le désir de faire toute la lumière une fois pour toute sur l’origine de ces visions cauchemardesques, Clare décide de passer quelque temps dans la maison familiale située dans un charmant village du nom d’Emmitsboro.

Cependant, le mal semble s’être insinué dans les rues et les foyers de cette bourgade aux tranquilles apparences. Disparitions, assassinats sordides et autres profanations de tombes jalonnent le quotidien de Cameron, le shérif et ami d’enfance de Clare.

Les deux jeunes gens se retrouveront bien malgré eux au cœur d’une sordide affaire dont le diable lui-même semble tirer les ficelles.

Avant de découvrir ce roman, le nom de Nora Roberts évoquait pour moi un illustre écrivain de romans sentimentaux mais certainement pas de thrillers.

J’ai donc été agréablement surprise par la qualité de l’intrigue bien que celle-ci soit plutôt classique.

En effet, un petit village sans histoire, dont certains habitants se livrent dans le plus grand secret à des rites satanistes à la nuit tombée, une jeune fille souhaitant faire la lumière sur son passé, une histoire d’amour naissante entre les deux principaux protagonistes, somme toute, rien de bien nouveau.

Mais n’est-ce pas la qualité de l’intrigue qui prime sur la nouveauté ?

Lorsqu’un auteur parvient, par de petits détails parsemés au fil des pages, à mener le lecteur par le bout du nez, à lui faire imaginer maints dénouements pour finalement le diriger vers une tout autre voie qui ne manquera pas de le désarçonner, le contrat est rempli avec succès.

Et c’est le cas de ce roman. Vous aimiez vous promener seuls dans les bois à la nuit tombée ? Ou faire du stop et monter dans la voiture d’un serviable inconnu? Je ne suis pas certaine que vous retentiez l’expérience.

Les personnages aux psychologies minutieusement travaillées au sujet desquels l’auteur nous dévoile juste ce qu’il faut de leur passé pour comprendre les raisons qui animent leurs décisions constituent certainement l’un des points forts de ce roman.

Pourquoi Clare souhaite-t-elle revenir sur les lieux d’un drame qui marquera à jamais sa vie ? Pourquoi certains habitants d’Emmitsboro se sont-ils tournés vers cette croyance occulte et sanglante qu’est le satanisme ? Est-ce par propre choix ou par obligation ?

Mais paradoxalement cette redondance de détails, notamment sur le cauchemar de Clare, pourrait rendre l’immersion au cœur de l’intrigue plutôt fastidieuse et longue pour les lecteurs peu friands de longues explications.

Le point faible se situe par contre au niveau du choix de vocabulaire plus adapté à la romance qu’au thriller. Par exemple l’emploi de l’expression « doux jésus » par un policier découvrant un cadavre sur une scène de crime enlève pour moi toute crédibilité au personnage.

Possession de Nora Robert est donc un thriller somme toute correct qui vous fera passer un agréable moment de lecture mais qui n’apporte aucune originalité au genre.
C’est cependant le livre idéal à emmener pour les vacances bien que vu sa taille, il risque de peser lourd dans vos bagages.

Laisser un commentaire