Fantasy·Toutes les chroniques

Oraisons tome 1 : La langue du silence – Samantha Bailly

Mylianne Manérian est une jeune fille sans histoire. Alors pourquoi est-elle retrouvée morte dans une ruelle lugubre ? De l’avis général, c’est l’œuvre des clans, ces rebelles qui menacent la paix du royaume.

Les deux sœurs de la défunte, Aileen et Noony ne se satisfont pourtant pas de cette explication.
Aileen, envahie par la haine, est prête à tout pour venger sa cadette au risque de se trouver mêlée à des intrigues qui la dépassent.
Noony, quant à elle, se révolte en apprenant que leur royaume projette d’envahir Rouge-Terre, un continent voisin, quitte à faire des milliers de victimes.

Au milieu de l’indifférence générale – la mort est une généreuse source de revenu – les deux sœurs vont tenter de stopper les conflits et de révéler au grand jour les manipulations de leurs dirigeants.

Maison d’édition
Bragelonne

Appréciation personnelle

C’est en visitant le stand des Éditions Bragelonne lors d’une foire littéraire que j’ai découvert ce diptyque réédité en version intégrale sous le titre d’Oraisons.
La couverture a de quoi attirer les regards par sa beauté et son côté mystérieux. Quelle histoire peut-bien se cacher derrière ce funèbre titre ? Car si l’on s’en tient à la définition du dictionnaire, une oraison est un éloge funèbre en mémoire du défunt. Et quel est donc ce drôle de pendentif et quel peut bien être son usage?

Après ce premier émerveillement vient ensuite la découverte de la quatrième de couverture qui renforce cette envie d’en savoir davantage sur le destin de ces trois sœurs sur qui celui-ci semble s’acharner.

Et cerise sur le gâteau, Samantha Bailly était présente sur le stand. La gentillesse et la disponibilité de l’auteur ont achevé de me convaincre d’acquérir ce livre.

J’ai entamé la lecture du premier tome de cette série intitulé « la Langue du silence » à l’occasion d’une lecture commune organisée sur le forum de l’Imag’in Café.

C’est au cœur d’un monde riche et complexe que nous suivons en parallèle l’histoire de Noony, Aileen et Mylianne Manérian.

Noony est oraisoniaire. Dans le culte de L’Astracisme, religion dominante dans le royaume d’Hélderion, fondé sur la croyance que chaque être se voit attribué un astre dès sa naissance dont il portera le nom durant sa vie, l’oraison est un rite funèbre dont le but est de renvoyer l’âme vers son astre pour une seconde vie. C’est cette carrière de passeuse d’âme que la jeune fille fut contrainte d’embrasser par son père, l’énigmatique dirigeant des oraisoniers.
Alors que sa patrie projette d’envahir le royaume de Rouge-Terre, Noony s’oppose farouchement contre cette décision, incapable de cautionner la mort de millier de personnes. Et si la croyance qui a régissait sa vie jusqu’ici n’était que la façade d’un vaste complot politico-religieux ?

Mylianne et Aileen furent quant à elles envoyées dans l’un des meilleurs pensionnats du royaume de Thyranne afin de parfaire leur éducation. Ces terres, envahies par Hélderion souhaitant convertir le peuple thyranien à l’astracisme, sont le théâtre d’une véritable guerre civile opposant les clans, groupes de rebelles thyranniens, se soulevant contre le joug hélderionois.
C’est au cœur de ce territoire dévasté par les conflits que Mylianne sera sauvagement assassinée. Ce tragique événement mènera Aileen sur le chemin de la rébellion et de la soif de vengeance.

Entre conspirations, trahisons, manipulations, guerres, expériences génétiques et magie, l’auteur ne laisse pas une seconde de répit au lecteur dans ce monde sombre mais captivant au cœur duquel la duperie et le pouvoir règnent en maitre et que l’espoir semble avoir déserté.

La découpe originale et étudiée de l’histoire à proprement parler favoriser l’immersion au cœur de cet univers régi par ses propres codes sociaux, sa propre religion. Chaque chapitre est en effet précédé d’une courte explication concernant l’histoire d’Hélderion ou de Thyranne, d’une définition d’un terme tel que « veilleur » ou « sang-de-lune » ou encore d’une courte biographie d’un personnage illustre ayant marqué l’histoire d’Hélderion.

Je suis également tombée sous le charme de la plume de l’auteur dont la formation littéraire transparait dans la qualité du texte proposé au travers des tournures de phrases certes étudiées mais accessibles et d’un vocabulaire choisi avec soin.

Et dire qu’il s’agit du premier roman écrit par Samantha Bailly. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a mis la barre très haut.

Je ne trouve vraiment rien à redire sur ce premier tome qui m’a littéralement conquise par la qualité de l’univers proposé et de l’intrigue menée tambour battant au travers de l’histoire de personnages passionnants que je prendrai énormément de plaisir à retrouver dans le second tome de cette saga.

Laisser un commentaire