Thrillers·Toutes les chroniques

Opération Lupo Rosso – Gilles Milo-Vacéri

Adriano Massarelli et Vito Borghese sont nés en 1924. Vito est le fils unique du capo di tutti capi, le Parrain qui représente Cosa Nostra en Sicile. Adriano, dont les parents sont décédés, est élevé par Zio Marcello et son épouse, métayers du Parrain. La merveilleuse période de l’enfance, faite de défis, de bagarres et des premiers dangers, soudera une amitié indéfectible entre Adriano et Vito. Quand la guerre éclate, les deux amis ont à peine vingt ans et ils prennent la tête d’un groupe de résistance pour lutter contre la barbarie fasciste et nazie jusqu’au débarquement des alliés, en 1943. Après le décès de Don Alessandro Borghese, Vito devient le nouveau Parrain de Cosa Nostra. Si Adriano lui pardonne son implication dans la mafia, une rivalité féminine, l’assassinat barbare de Zio Marcello par les chemises noires puis des accords sur un trafic de stupéfiants vont avoir raison de leur amitié. Adriano quitte la Sicile et suit un colonel de l’O.S.S. pour continuer la campagne d’Italie. Vingt ans après, la French Connection bat son plein grâce à Cosa Nostra, installée en Sicile comme aux États-Unis et la mafia corse, en France. Les Américains identifient l’un des principaux fournisseurs de drogue : Don Vito Borghese, le nouveau parrain de Cosa Nostra. On demande aux autorités italiennes de faire le nécessaire pour mettre fin à ces exportations dramatiques de stupéfiants. C’est ainsi qu’est mise en place l’opération Lupo Rosso. Mais Lupo Rosso est surtout le nom de code de leur meilleur agent du Service Action… Le colonel Adriano Massarelli ! L’amitié sera-t-elle plus forte que la guerre entre mafia et justice ? Et Vito Borghese, pourra-t-il choisir entre le serment de l’omertà et une amitié perdue depuis vingt ans ? De plus, une sombre énigme appesantit le passé déjà bien lourd du clan Borghese. En Sicile, les squelettes ne restent jamais dans les placards et l’on finit toujours par les déterrer. Même quarante ans après…

Maison d’édition
VFB Edtions

Appréciation personnelle
Je remercie tout d’abord les éditions VFB de m’avoir donné l’opportunité de découvrir ce très bon roman.

J’ai adoré ce voyage au cœur de la Sicile d’avant, pendant et après guerre. De battre la campagne et faire les quatre cent coups avec les jeunes Vito et Adriano, les inséparables amis que tout devrait pourtant séparer. J’entendais presque le chant des cigales et le vent murmurer dans les feuilles des vignes de zio Marcello.

La deuxième partie du roman plonge le lecteur au cœur de la deuxième guerre mondiale. La Sicile doit faire face à l’occupation allemande et à la montée du fascisme.

Le temps de l’innocence est bien loin pour Vito et Adriano qui se retrouvent à la tête d’un groupe de résistants et prêteront main forte aux alliés. Vont-ils parvenir à leur fin ? De tragiques événements mettront leur amitié à rude épreuve. Un fossé se creuse inexorablement entre le futur Parrain et Adriano. Ce dernier finira d’ailleurs, non sans regrets, à quitté sa Sicile natale pour poursuivre la bataille en Italie.

20 ans plus tard, Vito est devenu le « Capo di tutti capi » et est à la tête d’un empire florissant. Ses activités douteuses lui rapportent gros. Après avoir passé un accord avec les Etats-Unis et la Corse, Don Borghese devient le principal fournisseur de drogue sur le sol américain.

L’Italie est sommée de mettre un terme à ce trafique et envoi son meilleur agent sur le sol sicilien : Lupo Rosso qui n’est autre qu’Adriano.
L’heure des retrouvailles a sonné. L’amitié sera-t-elle plus forte que la justice, l’honneur et le devoir ?

Que d’émotions à la lecture de ce roman. Les personnages sont tellement attachants. On rit, on pleur, on tremble avec eux à chaque page.

De plus, le thème de la mafia sicilienne est exploité avec brio par l’auteur. En effet, une foule de notes à la fin de chaque chapitre permet au lecteur de comprendre notamment les divers termes en langue italienne utilisés par l’auteur, mais aussi la signification et le rôle des divers services policiers ou gouvernementaux tels que l’OSS. Ce qui permet une totale immersion dans ce dangereux univers.

Bref, un bon polar à mettre entre toutes les mains des amateurs du genre. Quant à moi, c’est avec plaisir que je découvrirai d’autres romans du même auteur.

Laisser un commentaire