Fantastique·Toutes les chroniques

Les Voies d’Anubis – Tim Powers

Lorsque le professeur Brendan Doyle accepte de donner une conférence sur le poète anglais Coleridge, il est loin d’imaginer qu’il ne va pas tarder à le rencontrer en personne… en 1810 ! Car après avoir accepté l’offre d’un millionnaire ayant percé les mystères du voyage dans le temps, le voilà plongé dans une aventure rocambolesque, traversant un Londres peuplé de bohémiens, de mendiants douteux et de sorciers terrifiants, tel ce clown macabre qui règne sur le monde souterrain. Et pour couronner le tout, Doyle ne peut revenir à son époque, à moins de déjouer les plans malfaisants de mages égyptiens qui veulent ramener leurs anciens dieux à la vie. Mais osera-t-il prendre le risque de changer le cours de l’Histoire ?

Maison d’édition
Bragelonne

Appréciation personnelle
Cela fait quelques années que j’arpente les sentiers de la littérature fantastique et jusqu’à présent, je n’avais encore rien lu de tel ! Ce roman est tout bonnement stupéfiant à bien des égards et dans le meilleur sens du terme.

L’un des thèmes cher au genre Steampunk est sans conteste le voyage temporels Cependant, si celui-ci est mal exploité par l’auteur, on en arrive vite à une intrigue sans queue ni tête où le lecteur en perd son latin ! Mais Tim Powers s’avère être un virtuose du maniement des voyages dans le temps qu’il aborde d’une manière plutôt originale.

En effet, dans ce récit Tim Powers entraîne le lecteur à la suite de Brendan Doyle, professeur de lettres américain qui, après avoir accepté l’invitation du mystérieux milliardaire J. Cochran Darrow afin de donner une conférence sur le poète Samuel Taylor Coleridge, se retrouvera propulsé du Londres de 1983 à celui de 1810. Ce voyage temporel a pu être réalisé car Darrow a découvert des brèches temporelles créés en 1802 par des sorciers égyptiens à la suite d’un rituel ancestral ayant pour but de ramener à la vie d’anciennes divinités égyptiennes qui a mal tourné. Hélas, Brendan Doyle sera enlevé par l’un de ces mages et ratera donc la brèche de retour lui permettant de retrouver son époque. C’est le début d’une succession d’aventures plus troublantes les unes que les autres au cours desquels sa vie sera menacée à de nombreuses reprises. L’une d’elle le mènera notamment en 1684 où il devra empêcher l’altération de l’histoire de l’humanité.

Un autre aspect très plaisant de ce récit est la multitude de détails fournis par Tim Powers sur la ville de Londres ainsi que la vie des anglais à l’époque. Les amateurs inconditionnels de cette ville visualiseront sans problème la configuration de la ville au 19ème siècle.

L’érudition de Tim Powers qui a notamment étudié la littérature anglaise, transparait dans ce roman de par la mixité plus que réussie des personnages historiques et fictifs. Rien d’étonnant à ce que notre ami Doyle côtoie des sommités de la poésie anglaise tels que Colrigde ou Lord Byron.

Finalement, mention spéciale également au traducteur de ce chef-d’œuvre de la littérature fantastique pour le choix du vocabulaire utilisé. Il est malheureusement de plus en plus rare de lire des livres avec une écriture de qualité.

Bref vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre qui est un véritable coup de cœur. Ce roman est certainement à mettre dans les mains de tout un chacun qui souhaite passer un excellent moment de lecture !

 

4 réflexions au sujet de « Les Voies d’Anubis – Tim Powers »

  1. Je dois t’avouer que ce livre me fait de l’oeil à chaque fois que je passe devant. Il y a tout un rayon steampunk dans mon magasin favoris, avec que des livres plus magnifiques les uns que les autres … Je pense que j’irais me l’acheter bientôt ! Hop, wish list 🙂

    1. Et tu ne seras pas déçue Kasseul! Je me demande encore aujourd’hui pourquoi j’ai tellement hésité à lire ce super livre! 🙂

Laisser un commentaire