Fantastique·Toutes les chroniques

Les Terres du Ponant tome 2: La cité interdite – Olivier Lagneau

Revenu d’entre les morts grâce aux larmes d’Ehia, Bertrand reprend, avec ses compagnons, le chemin de l’aventure. Ils doivent rejoindre la Cité Interdite où ils espèrent trouver les réponses à de multiples questions concernant le rôle de l’Elu et l’identité réelle de l’Empereur des Orcs. Sur la route, attaqué par les Assenors, secte d’assassins à la solde de l’Empereur, Bertrand, blessé, doit trouver le Peuple des Nues, seul détenteur du remède au poison qui le tue lentement. La force de l’espoir, l’amour, la liberté et la certitude d’un combat juste donnent à nos amis toute l’énergie pour entrer au cœur des batailles. En effet, l’Empereur répand le chaos sur toutes les contrées avec férocité. Plus sanguinaire que jamais, il va réveiller les pires cauchemars venus des temps anciens et oubliés. Mais comment combattre des êtres magiques et maléfiques qui ne sont plus censés exister ?… Olivier Lagneau signe ici le second tome d’un monde de fantasy qui ravira toute la famille ! À consommer sans modération !

Maison d’édition
Les Mondes d’Atria

Appréciation personnelle
Je remercie à nouveau Olivier Lagneau de sa confiance en me permettant de poursuivre les aventures de Bertand et ses amis dans les Terres du Ponant.
La quiétude et le repos de notre groupe d’aventuriers derrière les murs de la cité elfique d’Alfolan aura été de courte durée. En effet, la menace orque plane de manière de plus en plus oppressante sur les peuples libres des Terres du Ponant. La mission consistant à mettre les enfants de l’alliance à l’abri du danger étant accomplie, le groupe d’aventuriers se sépare. Les représentants de la race humaine Sorin et Gerina partent défendre leur patrie tandis que Rahir le nain retourne auprès de son peuple au coeur des montagnes. Amina quant à elle, décide de parfaire son don de maitrise de l’eau dans un prestigieux établissement. Le reste du groupe composé de Betrand, du magicien Arendal, des elfes Ehia et Eholan ainsi que la sybelle Line partent à la recherche de la mystérieuse cité interdite afin de trouver les réponses à de nombreuses questions qui pourraient bien sceller le destin du monde. Cependant Bertand est gravement blessé lors d’un combat et ne peut compter que sur le savoir de l’énigmatique peuple des Nues pour son salut.
Jusqu’ici, rien d’original. Mais c’est à partir de ce moment qu’Olivier Lagneau a fait le judicieux choix de diviser l’intrigue en plusieurs aventures. Le lecteur suit d’une part Betrand et Eholan partis à la recherche de ce mystérieux peuple des Nues, d’autre part, Arendal et Ehia qui quant à eux poursuivent le voyage vers la cité interdite et enfin Line qui est investie d’une mission de la plus haute importance.

J’ai beaucoup aimé ce principe qui casse la monotonie de la lecture et captive l’attention du lecteur. En effet, à la fin d’un chapitre concernant les péripéties rencontrées par Bertand et Eholan c’est en compagnie de Line que l’on débute le chapitre suivant et ainsi de suite. Cette manière de relater l’intrigue permet de maintenir le suspens quant au dénouement jusqu’à la dernière ligne de la dernière page du dernier chapitre!

En ce qui concerne le style d’écriture d’Olivier Lagneau, celui-ci est toujours aussi efficace. D’une part, par la richesse du vocabulaire et la fluidité avec laquelle il parvient à humaniser ses personnages grâce à une foule de détails concernant leur personnalité leurs sentiments d’autre part. Les rires, les désillusions, les pleurs sont une fois de plus au rendez-vous. Bien que chacun soit doté d’un caractère lui étant propre, l’entraide et le respect entre les peuples, peu importe la race ou la provenance, la fidélité autant en amitié qu’en amour ainsi que la bravoure et l’acharnement à vouloir se débarrasser du joug de l’envahisseur est le ciment qui soudent les membres de cette alliance et est un idéal prédominant dans ce second tome.

Par contre, j’ai trouvé les dialogues entre Betrand et Ehia un peu trop pompeux et « à l’eau de rose ». Ce sont les passages que j’ai le moins appréciés. Le choix du langage entre les divers protagonistes ne m’a pas non plus paru toujours très judicieux. En effet, nos aventuriers sont tous des adolescents et les mots utilisés dans leurs dialogues ainsi que la tournure des phrases m’ont paru parfois un rien trop élaboré.

Pour conclure, c’est avec un réel plaisir que j’ai suivi Betrand dans cette nouvelle aventure! Je la conseille vivement à tous les lecteurs ayant apprécié le premier tome.

Quant à moi, j’attends patiemment le prochain tome, car la fin mystérieuse de ce roman laisse présager une suite haute en couleur!

Laisser un commentaire