Fantastique·Toutes les chroniques

Les Chroniques de Youki Tome 4 : Rizière sans retour – Daniel Savary

Youki et son fidèle compagnon Marcel se retrouvent en Asie, sur une colline qui domine la mer de Chine.

Un pays où là aussi, la civilisation s’est écroulée.
Non loin d’eux, Lang et Moon, amis de Youki, essayent tant bien que mal de continuer à vivre.
L’incident au temple des esprits perdus est encore dans les mémoires. Les problèmes ne font que commencer…
Les Zobiwanes, envahisseurs de la Terre, sont officiellement les ennemis du sorcier redoutable qu’est Tailouf ! Des massacres se déroulent et Youki devra une nouvelle fois partir en mission afin de tenter d’éradiquer un ennemi commun…
Un seul moyen : retrouver le dernier des grands maîtres magiciens connu sous le nom de Zhou.
Seule une jeune femme, nommée Shan, dotée de surprenantes facultés, va guider Youki, Tailouf et le tigre dans un périple vers les lointaines et mystérieuses montagnes où le sage s’est retiré.
Le tigre Marcel devra se surpasser pour protéger Youki des dangers qui se multiplieront à chaque étape. L’avenir de l’humanité est en jeu mais le grand maître Zhou, dans son isolement, sera-t-il en mesure de faire quelque chose ? Rien n’est sûr dans ce pays aux mille légendes…

Le quatrième Tome d’une saga toujours aussi drôle et loufoque ! Cette fois-ci, interdiction d’avoir peur des fantômes… Bienvenue en Chine !

Maison d’édition
VFB Editions

Appréciation personnelle
Je remercie les éditions VFB pour ce nouveau partenariat, nouveau témoignage de leur confiance.

Avec ce quatrième tome, Daniel Savary signe la fin des aventures rocambolesque de Youki et Marcel. C’est en Chine que nous retrouvons nos deux amis coulant des jours calmes et heureux dans un petit village. Hélas, c’était le calme avant la tempête.
En effet, Tailouf, le magicien bon à rien, embarque à nouveau Youki et Marcel au coeur d’une aventure sans dessus dessous dont le but est de sauver le monde de l’invasion des infâmes Zobiwanes. Rien que ça s’il vous plait! Et comment y parvenir?
Et bien en retrouvant Zhou, le dernier grand maître magicien. Voila un City-trip dont nos amis se seraient bien passés!

C’est une nouvelle fois avec grand plaisir mais également un peu de nostalgie que j’ai suivi Youki et Marcel dans cette nouvelle aventure abracadabrantesque.

Une nouvelle fois, par ses jeux de mots hilarants, sa propre vision d’une Chine mystique peuplée d’une faune et flore abracadabrante, Daniel Savary entraine le lecteur dans son monde loufoque un peu à la Xanth d’Anthony Piers.

L’authenticité que l’auteur parvient à insuffler à ses personnages est également un aspect de cette saga que j’ai énormément apprécié.

Youki, bonne poire qui se laisse toujours embarquer dans les plus saugrenues des aventures pour aider son prochain.
Si ce dernier avait su dans quels pétrins son désir de voir la mer le mènerait, Youki aurait certainement réfléchi à deux fois. Ou s’il avait eu un oncle tel que Bilbo qui lui aurait donné le même conseil que ce dernier donne à Frodon dans le Seigneur des Anneaux « Il est fort dangereux de sortir de chez soi, on prend la route et si on ne regarde pas où l’on met les pieds on ne sait pas jusqu’où cela peut nous mener » cela lui aurait épargné bien des déconvenues.
Et c’est d’autant plus vrai dans ce quatrième tome où le pauvre bougre sera presque enseveli sous un éboulement, manquera de se faire tuer dans son sommeil, effectuera une partie de son périple pieds nus dans les montagnes et devra faire face à des bouddhistes dont l’habit ne fait pas le moine!

Marcel, gros matou tigre un peu benêt, bon vivant et prêt à défendre son maitre contre tous les dangers.

Et enfin Tailouf le mage, olibrius excentrique, pyromane à ses heures dépourvut de tout sens commun ou de savoir-vivre et détenant un dictionnaire de jurons qui feraient pâlir le capitaine Haddock. Également hardant défenseur de la veuve et l’orphelin mais surtout du vin!

Daniel Savary impose un rythme effréné à cette dernière intrigue. Les événements s’enchainent à une telle vitesse, que le désir de connaitre l’épilogue de ce dernier tome l’emporte et il est très difficile d’interrompre sa lecture. Encore un chapitre, et encore un…

En parlant de la fin, l’idée de l’auteur de laisser celle-ci ouverte est excellente. Bien que Daniel Savary sème le début d’une suite logique des événements, chacun peut imaginer la suite des aventures de Youki comme bon lui semble.

C’est avec un petit pincement au cœur que j’ai refermé ma tablette mais après avoir passé une nouvelle fois un excellent moment littéraire. Merci Monsieur Savary!

Laisser un commentaire