Fantastique·Toutes les chroniques

Le Rédempteur T0 : le secret de la Bête d’Angles – Sébastien Tissandier

Une mystérieuse bête terrorise une région de Bretagne. Elle semble immortelle : aucun chasseur, aucun piège n’a eu raison d’elle jusqu’à présent.

Le Père Martin, un jeune prêtre atypique, est dépêché sur place par le Siège afin de mener l’enquête et de résoudre ce mystère.

Quel lourd secret cache cette bête fantastique ? Face à la réalité de la supercherie qu’il va mettre à jour, le Père Martin saura-t-il mettre sa compassion pour cette bête de côté afin de résoudre cette affaire ?

Venez découvrir le tome 0 des enquêtes du père Martin. « Le secret de la bête d’Angles » est tiré du recueil « Autres temps, légendes oubliées ».

Maison d’édition
Boz’Dodor

Appréciation personnelle
Je remercie les éditions Bozdodor pour ce partenariat via le forum Au cœur de l’Imaginarium.

Ah l’Eglise, voici bien une étrange institution en soi. Quels secrets terrifiants peut-elle bien cacher ?

Pourquoi le Pape a-t-il besoin des services de prêtes aux pratiques pas très catholiques appelés Rédempteurs ?

Dans cette courte nouvelle, Sébastien Tissandier, nous présente tout d’abord brièvement et sans révéler trop de détails le personnage principal de cette aventure : le Père Martin, rédempteur à la solde de sa Sainteté le Pape. Mais qu’est-ce qu’un rédempteur ? Eh bien, il s’agit d’un prêtre spécialiste du paranormal et de l’exorcisme que L’Église envoi enquêter lorsque l’affaire en question sort de l’ordinaire.
Nous ne saurons que bien peu de choses sur ce prêtre très spécial hormis qu’il est plutôt solitaire, taciturne et doté d’une détermination à toute épreuve. Une seule chose importe, mener à bien là mission qui lui a été confiée à savoir découvrir ce qu’est la bête et mettre fin à son règne de terreur. Les moyens employés par l’ecclésiastique s’apparentent plus à celles d’un justicier dont l’adage serait plutôt « œil pour œil, dent pour dent » que d’un homme d’église digne de se nom. En effet, bien que le Père Martin soit un homme de Dieu, il n’est pas question de prières ou de confession des coupables pour leur accorder le pardon divin et c’est ce qui fait toute l’originalité de cette nouvelle.

L’intrigue est certes simple mais diablement efficace. Celle-ci est menée tambour battant. Les événements s’enchainent dans un ordre logique et à un rythme effréné. Le lecteur n’a pas le temps de reprendre son souffle. Le Père Martin trouve la bête, fait ce qui doit être fait, démasque les coupables, les punis et s’en va sans demander son reste. Mission accomplie.

Cette simplicité ainsi que le style d’écriture direct, simple, sans fioritures de l’auteur permettent au lecteur de s’immerger sans peine dans cette nouvelle fantastique sur léger fond steampunk, style discrètement représenté par les machines à vapeurs et autres bâtiments en acier et autres alliages métalliques.

J’ai beaucoup aimé cette courte histoire. Cependant, j’aimerai en connaître d’avantage sur l’énigmatique Père Martin qui m’a fortement intriguée.

Je me lance de ce pat dans la lecture du second tome qui, je l’espère, apportera satisfaction à ma curiosité.

Laisser un commentaire