Fantastique·Toutes les chroniques

La Dame aux Papillons – Jess Swann

Port Royal, 1815.
Violet Sorrow, née d’une Créole et d’un Anglais, ne se tient plus de joie! Elle va enfin rencontrer la famille de son défunt père et visiter la lointaine Angleterre, dont son père lui a tellement parlé. Mais quand elle arrive sur place, elle reçoit un accueil mitigé. Son cousin germain Andrew, ce jeune homme exécrable qui passe ses journées à boire, semble la détester, alors que sa cousine Constance l’enchante par son caractère joyeux et spontané. La société anglaise est-elle aussi parfaite qu’elle l’avait pensé ? Et quel secret cache aux yeux du monde William, l’oncle de Violet ?
Les apparences sont parfois trompeuses, ce que notre héroïne apprendra aux détours d’un récit gothique où la folie côtoie une antique mythologie… Sans oublier un soupçon de romance.

Maison d’édition
Editions Artalys

Appréciation personnelle
Je tiens avant tout à remercier le forum « Au coeur de l’immaginarium » ainsi que les éditions Artalis pour ce partenariat.

Dans ce roman, Jess Swann nous conte les aventures de Violet Sorrow, métisse née d’un père anglais et d’une mère Créole.
Dans les années 1800, sa situation n’est que peu enviable compte tenu des mœurs de l’époque où le racisme faisait rage. Les indigènes étaient considérés au mieux comme
des incultes sauvages au pire presque comme des animaux.

C’est donc avec une certaine appréhension que Violet accepte l’invitation de son oncle de rendre visite à la famille de son père vivant en Angleterre.

J’ai été un peu déçue durant une grande partie du récit car il ne se passe pas grand chose. L’action n’est que peu présente. En effet, l’accent est surtout mis sur la vie de Violet dans le manoir familial en compagnie de son oncle qui semble finalement la prendre sous son aile et sa cousine qui ne la quitte quasiment plus.

Je m’attendais également à plus d’événements surnaturels. J’ai proposé ma participation pour ce partenariat car jusqu’à présent, je n’avais jamais lu de récit gothique et je souhaitais découvrir ce genre depuis quelques temps. Pour moi, qui dit gothique dit lieu lugubre (hormis l’épisode du cimetière et l’étrange bâtisse), êtres fantastiques comme par exemple fantômes ou vampires.

Mais bizarrement, ce n’est pas pour autant que je n’ai pas dévoré ce livre. Et ce grâce à l’ingéniosité et l’efficacité dont Jess Swann a fait preuve lors de la rédaction de son roman.
Certes il ne se passe rien d’extravagant durant une grande partie de l’histoire mais elle parvient très habilement à insinuer un sentiment de malaise, que quelque chose cloche dans cette apparente tranquillité qui ne quitte pas le lecteur. Les pages tournent et tournent encore car plus on avance plus ce sentiment s’accentue.

Et soudain, d’un seul coup, tout bascule et Jess Swann laisse le lecteur bouche bée à la conclusion de son roman. J’avais échafaudé toutes sortes d’épilogues possibles mais rien de comparable à ce que nous propose l’auteur. Mes attentes en matière de surnaturel ont été plus que comblées!

En ce qui concerne les personnages, ceux-ci ont été très bien construits. L’auteur a mené la duplicité de l’être humain à son paroxysme et bien que Violet soit un personnage très attachant, on ne peut s’empêcher de maudire sa naïveté et se demander pourquoi elle n’a pas ouvert les yeux plus tôt!

Bref, un roman que j’ai beaucoup apprécié et conseille certainement.

Laisser un commentaire